Sur les traces de Nadal

Mais, que se passe-t-il à Barcelone ? Le froid a établi ses quartiers dans les districtes i barris, les rues ont revêtu leurs habits de lumière, les vitrines des magasins ont pris des allures de hottes du Père Noël... Esprit de Noël, éclatant et envoûtant, esprit de Nadal, es-tu là ? La Barcelonaise, affublée d’un pardessus douillé et d’un couvre-chef ouaté, telle une Sherlock Holmes des temps modernes, ouvre une enquête à la recherche d’indices molts catalans.

Indice #1 : Gaga de caga

La Barcelonaise n’a pu s’empêcher de remarquer que les Catalans entretiennent une relation particulière avec le verbe cagar, décliné sous différentes formes.

Tout d’abord, la fameuse bûche souriante, coiffée du traditionnel béret rouge catalan : le CAGA Tío. Trônant fièrement à côté du sapin, le Caga Tío est chouchouté durant les semaines qui précédent Noël. Il est recouvert d’une petite couverture et reçoit quotidiennement des fruits et des sucreries. En plus d’être gourmand, le Caga Tío est fin mélomane, et, pour qu’il « expulse » ses cadeaux, le soir du 24 décembre, il faut pousser la chansonnette : "Caga, Tío / No caguis arengades / Que són salades / Caga torrons / Que són molt bons".

L’autre grande star des fêtes de fin d’année est le CAGAner. Pour les Catalans, Noël ne serait être Noël, sans ce petit paysan accroupi, pantalon baissé en plein « travail » et coiffé, lui aussi, d’une barretina. Avec le temps, ce symbôle de Nadal, a pris l’apparence d’une multitude de personnages. Chaque année, politiques, sportifs, artistes et autres famosos viennent grossir les rangs de la famille Caganer. Cette année, la recrue la plus populaire s’appelle « Caganer Puigdemont ».

Indice #2 : Marie, Joseph et les autres

Dès les premiers jours de Décembre, La Barcelonaise voit surgir, aux quatre coins de la Catalogne, des crèches vivantes...  Elle comprend alors que les Catalans sont particulièrement attachés à leurs pessebres vivents, qui rassemblent plusieurs générations, autour de ces tableaux animés. Reproduction et mise en scène de passages bibliques, d’épisodes historiques, et de moments de vie quotidienne appartenant au passé : il y en a pour tous les goûts ! Au fil des années, ces crèches en chair et en os se sont sophistiquées, pour attirer un public toujours plus nombreux. A Corbera de Llobregat (plus grande crèche vivante de Catalogne), ce ne sont pas moins de 25 000 curieux qui s’émerveillent chaque année.

Un indic lui aurait même raconté que durant les fêtes, les familles catalanes assistent traditionnellement à des pièces de théâtre populaires, interprétées essentiellement par des acteurs amateurs, qui racontent la naissance de Jésus et les origines de Noël, les Pastorets

La Barcelonaise commence à y voir plus clair, l'esprit de Nadal semble être partout et ailleurs, peut-être même jusque dans les assiettes ...

Indice #3 : Les petits plats dans les grands

Les Catalans aiment manger. Ça, La Barcelonaise le savait déjà !!! Mais ce qu’elle a découvert, c’est qu’à Noël, ils mettent les bouchées doubles !

 

Tout semble commencer le 25 décembre, jour de Nadal, alors que le repas s’ouvre magistralement sur una escudella i cam d’olla (soupe de légumes et de viandes). Il faut du temps, beaucoup d'amour et nombreux d’ingrédients pour préparer cette soupe traditionnelle très riche et très complète  : poireaux, navets, carottes, pommes de terre, pois chiches, céleri, chou vert, cuisses de poulet, joues, oreilles et pieds de porc. Suit, généralement, un pollastre farcit, le torrón (voir la recette) et surtout, les neulesmignardises en forme de cigarettes, savourées depuis des siècles dans les familles catalanes, et servies avec le Cava.

 

Bien que repus, les Catalans remettent le couvert le lendemain, le jour de Sant Esteve ! A table, des canelons élaborés avec les restes de la veille, remplissent les assiettes.

 

La Barcelonaise finit par apprendre que pour rythmer la digestion de ces jours de fête, les enfants récitent poèmes et chansons, récompensés de quelques étrennes...

La boucle est bouclée, les conclusions de l'enquête sont accablantes ... Il ne reste plus à La Barcelonaise qu'à vous souhaiter un Bon Nadal a tothom ! 

 Claire - Barcelona - 11 décembre 2017