De balades en sorties, La Barcelonaise rencontre des Barcelonais, de tous les horizons. Ils aiment Barcelona et livrent un petit bout de leur estil de vida. 

Ils se confient sur leur installation, leur quartier, leurs lieux préférés et partagent leur expérience.

La Barcelonaise rencontre Anne-Laure Naudin, Naturopathe passionnée ! Passionnée par son métier, par l'alimentation, les générations futures, les restos, les amis, la vie...

Portrait d'une épicurienne qui remet la nutricion au centre de notre équilibre et de notre santé

Depuis quand es-tu une Barcelonaise ? 

 

Je suis installée à Barcelone depuis 12 ans. Après avoir connu le rythme effréné de la vie londonienne  pendant 5 ans et un long voyage en Amérique Latine, j'ai eu envie d'un nouveau départ, et le choix de Barcelone a été assez rapide. Je cherchais une ville qui soit à la fois à taille humaine, avec une bonne qualité de vie, pas stressante mais aussi cosmopolite, proche de la France, avec un climat favorable et ouverte sur la mer.

 

Comment s'est passée ton installation ?

 

L'arrivée s'est faite très facilement, tant pour trouver un logement, qu'un travail. Les formalités administratives en tant qu'européen sont assez simples (encore plus à l'époque).

 

A l'époque, je travaillais dans le secteur bancaire et mon activité professionnelle ne me nourrissait pas pleinement. A côté de ça, je traînais des problèmes chroniques depuis des années que je n'arrivais pas à régler malgré moults traitements. A Londres, j'avais déjà commencé à m'intéresser à des médecines plus naturelles (phytothérapie, aromathérapie, fleurs de Bach...) et j'avais ressenti les premières améliorations. Quand je suis arrivée à Barcelone, j'ai rencontré une thérapeute qui m'a vraiment permis de régler mes problèmes de manière durable. Pour moi, ça a été un soulagement. Elle m'a fait prendre conscience de l'importance de l'alimentation, notre première médecine, véritable pilier de notre santé. En couplant une diète personnalisée à des compléments naturels ciblés mes problèmes se sont résolus de manière définitive. 

 

Comment es-tu devenue naturopathe ?

 

Le déclencheur ultime a été la naissance de ma fille. Son arrivée m'a fait prendre conscience de l'envie et la nécessité de donner un sens à ma vie professionnelle, de partager mon expérience avec le plus grand nombre.

  

J'ai suivi la formation de naturopathe.  3 ans de théorie combinant anatomie, physiologie (pour comprendre le fonctionnement du corps) mais aussi des matières telles que l'alimentation, les huiles essentielles, la phytothérapie (pour améliorer notre bien-être de manière naturelle). J'ai complété ma formation par un long stage pratique avec ma naturopathe.

 

La palette d'outils est vaste et chaque thérapeute choisi ce qui lui convient le plus. Moi je travaille vraiment beaucoup l'alimentation à la base, et après je complémente quand c'est nécessaire avec des produits naturels comme des probiotiques, des oligo-éléments, des vitamines... 

 

C'est quoi la naturopathie ?

 

C'est une médecine douce, préventive, éducative, même si évidemment, la majorité de mes patients arrivent parce qu'ils viennent traiter des troubles chroniques. Ça va des troubles digestifs, aux migraines, à des problèmes ORL, des douleurs inflammatoires, des problèmes de dermatose, des allergies... Mais beaucoup de nos maux sont liées à notre système digestif, un déséquilibre au niveau de l'intestin.

 

Ce qui me passionne c'est aussi toute la partie éducative et préventive de mon travail : faire prendre conscience à chacun qu'il est le propre acteur de sa santé. Très peu de gens s'alimentent correctement par méconnaissance. Il faut apprendre de nouvelles habitudes plus saines et à maitriser, contrôler notre santé à travers notre alimentation. 

 

Je reçois de plus en plus de gens qui s'ouvrent à leur bien-être et qui cherchent des moyens préventifs afin de ne pas développer des pathologies plus lourdes. 

 

Lors de la première séance, je vais bien sûr traiter et soulager les maux de mes patients, mais également leur donner plein d'outils pour changer les choses progressivement, sans culpabiliser. Il faut commencer par changer les habitudes qui paraissent les plus simples, ce qui « coûte » le moins émotionnellement, pour les intégrer dans la routine quotidienne... et ensuite, faire le travail avec ce qui paraît le plus dur.

 

J'ai mis en place un système de test alimentaire que je pratique à tous mes patients lors de la première visite et qui permet de mettre à jour, pour chacun, quels sont les aliments qui ne conviennent pas à leur organisme, l'affaiblissent, provoquent de l'inflammation, baisse l'énergie globale. L'idée c'est d'augmenter la vitalité du corps en mettant de côté les aliments qui ne conviennent pas au patient sur le moment, et de créer un programme personnalisé. Et quand le corps est prêt, réintroduire ces aliments petit à petit. La prise de conscience de la première séance est parfois difficile, mais ensuite tu réalises le potentiel d'auto-guérison que tu as entre les mains !

 

Aujourd'hui, on se rend compte que les nouvelles générations prennent conscience de l'importance de l'alimentation. Pour moi, c'est une victoire de voir cet éveil, que les choses changent. Il faut dès leur plus jeune âge éduquer nos enfants aux goûts, aux bons aliments et surtout comment combiner les aliments entre eux pour limiter la perte d'énergie lors de la digestion.

   

 

Peux-tu nous parler de ton quartier ?

 

J'habite Poblenou, c'est un super quartier. Je suis encore en phase de découverte car ça ne fait que quelques mois. J'ai pris conscience en déménageant à Poblenou que la lumière et les espaces me manquaient, je suis en train de me réapproprier tout ça. Ce qui est génial aussi, c'est qu'en 5 minutes, tu es à la mer. L'air marin, c'est un anti-dépresseur incroyable. Ça nettoie, ça tonifie, ça nourrit. Le quartier de Poblenou est à la fois typique et en même temps très moderne, j'aime ce patchwork architectural. C'est aussi un quartier qui est de plus en plus axés sur le bien-être, c'est assez inspirant.

 

Quelles sont tes bonnes adresses ?

 

Ça ne manque pas, je suis gourmande ! En vrac : 

Avec l'arrivée des beaux jours, les glaces de De La Crem. Les nachos du Pachuco, le mexicain typique. Les tapas du Puestu à Arc de Triumf. La mariscada du vendredi dans Poblenou au resto Moreno, Carrer de Zamorra, resto de quartier, qui le vendredi midi propose des fruits de mer, à la bonne franquette. Dans le centre-ville pour manger sur le pouce, le BOW pour son poke bowl sauce épicée.  Mon petit coup de cœur du moment, le PANDAN, un fast-food de rouleaux de printemps, Traversa de Gracia. Pour les Français qui sont en mal du pays, j'adore El Casal, pour ses huitres, pâtés, nems... Le ramen du Ramen ya Hiro, pour moi le meilleur. En resto végétarien, j'aime bien The Green Spot pour bien manger dans un cadre très agréable. Pour manger avec les doigts, l'étiopien de Sants, Adis Abeba, pour le côté convivial.

 

Et enfin, une épicerie traditionnelle que j'aime beaucoup, Jaime Renobell dans le Born, pour acheter au poids, céréales, légumineuses, fruits secs et épices.

 

Ton prochain défi barcelonais ?

 

D'un point de vue professionnel, j'en ai un qui est lié aux enfants, pour amener la naturopathie au plus près d'eux, parce que le plus tôt ils auront clés et bonnes valeurs entre les mains, mieux ça sera pour leur avenir.

 

C'est quoi pour toi être une Barcelonaise ?

 

C'est une femme qui aime sortir car la vie ici est très tournée vers l'extérieur, qui aime bien manger et passer du temps avec ses amis.

 

M'encanta : Barcelone est une ville à taille humaine, on peut faire beaucoup de trajets à pied ou en vélo en moins d'1/2 heure. Et aussi son emplacement géographique au cœur de la Catalogne, région magnifique à découvrir.

 

No m'encanta : la pollution, les enfants et les adultes ont de plus en plus d'allergies. J'aimerais qu'il y ai plus d'efforts pour réduire les voitures en centre ville, favoriser des transports en commun plus écologiques... Sensibiliser les gens au bienfait de la marche, du vélo.

Il manque également des espaces verts inspirants au cœur de la ville.

En hiver aussi, je trouve que l'offre culturelle manque de renouvellement (expos, cinémas en VO...).

https://www.annelaurenaudin.com

 

#bycha 15/04/2019

Anne Laure - Naturopathe à Barcelone