De balades en sorties, La Barcelonaise rencontre des Barcelonais, de tous les horizons. Ils aiment Barcelona et livrent un petit bout de leur estil de vida. 

Ils se confient sur leur installation, leur quartier, leurs lieux préférés et partagent leur expérience.

Barcelonaise depuis toujours, Ana est maman d'une petite fille de 8 ans qui a eu le privilège de participer à tous les ateliers récréatifs concoctés par sa maman et son oncle... En effet, à 40 ans, Ana dirige depuis plusieurs années, avec son frère Carles, l'Hora Lliure, un espace dédié aux enfants (et à leurs parents...) en plein cœur de Gracia. Une histoire de famille donc !

Depuis quand as tu ouvert l'Hora lliure et que propose cet espace dédié aux enfants... et aux parents également ?

L'Hora lliure est un projet personnel que mon frère Carles et moi avons entrepris il y a plus de 7 ans. A l'origine, Carles souhaitait créer un lieu de vie convivial réservé aux familles, afin que chacun s'y sente à l'aise. A l'époque, c'était assez innovateur car il n' existait pas ce type d'espace où pouvait se retrouver enfants et parents. Encore aujourd'hui, nous nous réinventons pour nous adapter aux besoins de tous. Chez nous, tout le monde est le bienvenu.

Tu as créé un crowdfunding pour sensibiliser les grandes marques de jouets à proposer des jeux moins stéréotypés aux enfants et prochainement tu proposes des ateliers et conferences sur le thème des modèles de jouets/jeux (parfois sexistes) imposés aux enfants par notre société (#jocigualitari) : peux tu nous en parler ?

Premièrement, je veux clarifier la différence entre le sexe biologique et le genre. Le genre est la manière dont toutes les sociétés du monde déterminent les fonctions, les attitudes, les valeurs et les relations qui impliquent les femmes et les hommes. Tandis que le sexe fait référence aux aspects biologiques dérivés des différences sexuelles, le genre est une définition des femmes et des hommes, construite socialement et avec des répercussions politiques claires. Le poids des titres inculqués par le sexe peut être un lourd fardeau pour de nombreuses personnes et construire notre identité sur la base de ces aspects construits par la culture, empêchant les personnes de se développer librement, par leurs propres capacités, leurs goûts et leurs désirs. Les stéréotypes de genre sont transmis par la famille et l’école, mais également par la publicité, la télévision, le cinéma, la musique et les clips vidéo, la littérature, la culture en général, ainsi que dans les jeux et jouets de l’enfance et les contes pour enfants. Très importants transmetteurs de stéréotypes de genre. A travers le jeu et les jouets, différents messages sont transmis et différentes attentes sont créées chez les filles et les garçons. Si les filles et les garçons développent des valeurs et des aptitudes différentes, nous fournissons un développement partiel et incomplet.

 

Nous devons également comprendre qu'il existe une hiérarchie des genres : tout ce qui appartient au genre masculin dans notre société est plus précieux que ce qui appartient au féminin, à l'arrière-plan. Cela dépend de nous de repenser ce régime et de le changer. C'est pourquoi nous développons la campagne "Jouons de la même manière": grâce au jeu, les enfants peuvent modifier ces modèles et se forger leur propre personnalité. Il ne s'agit pas d'interdire quoi que ce soit, mais au contraire d'encourager à jouer avec tout, sans distinction de sexe, pour aider les filles et les garçons à développer leur capacité en tant que personnes, et non pas le genre socialement imposé.

 

Ensuite, nous allons développer le séminaire sur l'égalité dans plusieurs écoles de Barcelone. Des ateliers et des activités seront proposés pour briser les stéréotypes dans le jeu des enfants. Ce sera la première action de la campagne.

 

Quel est ton prochain défi Barcelonais ?

Continuer de travailler pour l’enfance et la coéducation (éducation tenant compte de la problématique hommes-femmes), car le chemin à parcourir est encore long ! Aujurd'hui, c'est un bon moment pour aller de l’avant, car il existe une sensibilisation dans tous les domaines qui contribue à ouvrir la voie et la bonne coexistence de la diversité. Nous avons d'autres projets en cours, tels que Library et Gender, une analyse des perspectives de genre des bibliothèques scolaires. Et beaucoup d'autres vont venir.

Et ta vie à Barcelone ? Ton quartier ?

Gràcia et Sarrià sont les quartiers les plus proches de mon travail quotidien. En général, ici, les gens s’ajoutent rapidement aux projets que nous développons. Mais nous ne pouvons pas laisser de côté les autres réalités de la ville, où nous travaillons aussi, pour progresser socialement

Tes spots préférés ?

Aucune en particulier. J'aime me balader dans les rues de Barcelone ou bien prendre le métro et descendre à un arrêt que je ne connais pas. Barcelona a tellement à offrir...

C’est quoi pour toi être une Barcelonaise ?

Être acteur dans une société plurielle en constante évolution. Une ville qui reste ouverte et en contact avec toutes les réalités. De par sa situation géographique et historiquement parlant, la ville nous a depuis toujours enrichi à tous les niveaux. Cet héritage nous a permis d'être ce que nous sommes au jour d'aujourd'hui. Je suis très fière d'être catalane et barcelonaise.

M'encanta L'offre culturelle, les rues et les personnes que l'on peut y croiser.

Pour participer aux ateliers et conférences Joc Igualitari des mois de novembre et décembre, RDV sur le site https://www.horalliure.com/

6/11/2018 #byvictoria

Ana Tutzo - co-fondatrice de l'espace dédié aux enfants l'Hora Lliure